Il dégageait quelque chose d'étrange

Comme s'il gardait en lui des secrets

Il avait cet air qu'ont les anges

Un air triste et douceret   

                                                                                                                                                                                                                                                 

Son visage portait cette insolence

Qu'ont les enfants à cet âge de la vie

Son coeur pourtant brûlait d'innocence

Mais son regard était sans vie

                                                                                                                                                                                                                                                 

Il ressentait la solitude profonde

Il chantait l'amour impossible

Se révoltait "Où va le monde ?"

Son existence lui était pénible

                                                                                                                                                                                                                                                 

Sa vie fut courte et douloureuse

Il y mit fin ce soir de janvier

Après une journée orageuse

Son sang coulait dans la rosée

                                                                                                                                                                                                                                                 

Il avait désormais le coeur libre

Et l'âme en paix

Il avait rejoint le ciel et l'eau

Pour l'éternité.

96952040small_1_