Les caresses du vent sur mon visage

Me rappellent que tu es là

Moi la pauvresse souffrant dans ma cage

Je m'effraie de ce monde là

                                                                                                                                                                                                                                                 

Prévenants, les anges du demi-jour

Me prédisent un malheur manifeste

Les êtres qu'on délaisse se vengent

Et me promettent une mort certaine

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que la vie a une fin

Et que la mienne est aujourd'hui

Puisque la mort n'est pas très loin

Les cloches témoignent, la vie n'est rien

                                                                                                                                                                                                                                                 

Où sont les bons, les sauveurs du monde

Les esprits les invoquent

Où est la paix qui unie les peuples

La mère l'appelle, elle l'attends

                                                                                                                                                                                                                                                 

La souffrance est-elle un choix ?

Elle ne l'est pas, pourtant elle est là !

Las je suis d'attendre que tu viennes à mon secours

Mes prières restent muettes

Et ne parviennent pas jusqu'à toi

Dieu lui même ne les entends pas

Dieu lui même ne les entends pas

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que le temps est le malin

Et que le vent souffle et s'enfuit

Puisque mourir devient pressant

Puisque partir devient stressant

                                                                                                                                                                                                                                                 

Dieu me guette, il m'attends

Partir

Sortir de ma souffrance est une délivrance

                                                                                                                                                                                                                                                 

La souffrance est-elle un choix ?

Je ne crois pas, pourtant elle est là !

Las je suis d'attendre que tu viennes à mon secours

Mes prières restent muettes

Et ne parviennent pas jusqu'à toi

Dieu lui même ne les entends pas

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que la vie a une fin

Et que la mienne est aujourd'hui

Puisque la mort n'est pas très loin

Les cloches témoignent, la vie n'est rien

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que le temps est le malin

Et que le vent souffle et s'enfuit

Puisque mourir devient pressant

Puisque partir devient stressant

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que la vie a une fin

Et que la mienne est aujourd'hui

Puisque la mort n'est pas très loin

Les cloches témoignent, la vie n'est rien

                                                                                                                                                                                                                                                 

Parce que le temps est le malin

Et que le vent souffle et s'enfuit

Puisque mourir devient pressant

Puisque partir devient stressant

                                                                                                                                                                                                                                                 

Puisque la mort est là...

24271_1_